L’ostéopathe et la sciatique

La sciatique ou sciatalgie : le mal du siècle faisant partie des maux de dos les plus fréquent.

Ostéopathie et Sciatique : Un peu d’anatomie pour commencer

Le nerf sciatique est un nerf mixte c’est à dire qui possède des racines sensitives et motrices sur plusieurs niveaux vertébraux d’où les variations de douleurs.
C’est également un nerf volumineux et sans doute le plus gros et long du corps qui résulte de l’association de plusieurs racines nerveuses de la moelle épinière de L4 à S3 (mais plus connu par sa douleur au niveau L5/S1).
De là le nerf va passer derrière l’articulation coxo fémorale à travers la fesse passant dans le muscle piriforme et se prolonge en arrière de la jambe jusqu’au pied, d’où un trajet d’irradiations très spécifiques.

La sciatalgie ou névralgie sciatique équivaut au terme sciatique (la sciatalgie mettra plus en cause un niveau musculaire que le nerf lui même ou le disque inter vertébral).
Une lombosciatalgie signifie que la douleur est au niveau lombaires et dans les membres inférieurs.

N’importe quel côté peut être atteint, même s’il est moins fréquent que les deux le soient.

L’ostéopathe et la sciatique : Les symptômes 

Du fait que le nerf soit mixte, les atteintes peuvent donc être motrices, sensitives ou les deux.
Le plus souvent ce sont les sensitives qui prennent le dessus avec des manifestations de paresthésie, c’est à dire des picotements, des fourmillements ou même des sensations de brûlures.

En revanche quand on parle d’atteintes motrices cela est associée à une perte musculaire de la jambe.
Ces troubles peuvent entrainer des difficultés à la mobilité ou à marcher tout simplement voir même une atrophie de certains muscles dans les cas les plus grave.

En fonction de la racine nerveuse touchée, le trajet des douleurs ou des irradiations pourra varié en fonction de chaque patient.

Ostéopathie et Sciatique : les causes

Pour que les douleurs de la sciatique apparaissent, il faut que le nerf soit comprimé ou irrité.
Cela peut se produire à cause d’une hernie discale, pincement discal, contracture musculaire au niveau du passage du nerf.

Il existe :

  • la sciatique radiculaire donc provenant directement de la racine
  • La sciatique tronculaire : sur le trajet du nerf
  • La fausse sciatique

La sciatique radiculaire

La sciatique radiculaire est la forme la plus courante de sciatique très souvent due à une hernie discale.
Le long de notre colonne vertébrale dans le foramen vertébral (c’est à dire dans le trou au milieu de la vertèbre), passe la moelle épinière.
La proéminence du disque intervertébral lors d’une hernie discale, va venir toucher cette moelle et créer des troubles en comprimant la racine nerveuse.

La sciatique tronculaire

Lors de son trajet le nerf passe à coté de plusieurs structures. En moyenne il fait 15mm de diamètre donc assez important pour être irrité.
Il passe aussi dans le corps musculaire d’un muscle en particulier : le muscle piriforme (pyramidal) situé au niveau de la fesse.
L’hypertension d’un muscle sur le trajet du nerf peut entrainer une compression de ce dernier.

La fausse sciatique

Le disque intervertébral n’est pas le seul à pouvoir donner des douleurs dans la fesse, jambe ou le mollet.
Les facettes vertébrales, les ligaments lombaires, différentes parties de la vertèbre, l’articulation coxo fémorale, les articulations sacro-iliaque… sont autant d’éléments pouvant être responsable de fausse sciatique.

Comment votre ostéopathe peut vous aider à traiter votre sciatique

En première intension il est quand même recommander d ‘aller faire des examens médicaux afin de s’assurer qu’il n’y est pas de perte de force ou de sensibilité.
De plus il est essentiel de s’assurer qu’il n’y est pas une hernie discale ou un tassement vertébral.
Ces derniers ne sont pas une contre indication à la pratique ostéopathique, mais il est essentielle pour votre ostéopathe d’avoir tous les éléments pour un traitement le plus adéquat possible et beaucoup plus ciblé.
Si l’imagerie ne décèle aucunes anomalies, votre ostéopathe pourra donc s’orienter vers une sciatique tronculaire ou une fausse sciatique.